Prix du CHO 2015

Deux jeunes chercheurs ont été récompensés pour leurs travaux scientifiques présentés à l’oral, par l’attribution par les membres du bureau du CHO des Prix du CHO 2015 :

Coralie Hoareau-Aveilla (CRCT, Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse, UMR1037 Inserm/UPS/ERL5294 CNRS, Toulouse): "Notre étude sur les lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC) NPM-ALK(+) a révélé l’existence d’un mécanisme épigénétique réprimant l’expression de miR-150, un suppresseur de tumeur. Cette répression peut être levée par un agent hypométhylant, la décitabine, et ainsi bloquer la croissance des cellules tumorales résistantes au crizotinib, inhibiteur de l’activité tyrosine kinase d’ALK. Notre travail place l’épigénétique au cœur des nouvelles options thérapeutiques pour les LAGC."

Grégoire Stick (IBPS, Institut de Biologie Paris Seine, UMR 7622 CNRS/UPMC, Paris): "Nos recherches portent sur le dialogue entre les cellules souches hématopoïétiques (CSH) et les cellules stromales de la niche à travers entre autres, l’échange de microvésicules extracellulaires, les exosomes. Nos travaux identifient pour la première fois des exosomes secrétés par les cellules stromales et internalisés par les CSH, possédant une signature moléculaire spécifique et participant au maintien ex vivo des CSH."

 

Deux jeunes chercheurs ont reçu pour leurs travaux scientifiques présentés par affiche, les Prix Poster du CHO 2015 qui ont été attribués par un jury constitué de membres du bureau du CHO et de  Ruud Delwel, Brian J. Huntly, Daniela Krause et Roger Patient, orateurs invités du congrès :

Laure Delestré (UMR1170 Inserm/Université Paris XI, Villejuif): "Les oncogènes induisent une sénescence de  stress  limitant l'expansion cellulaire et déficiente dans les tumeurs solides. Nous avons montré que ce processus existe dans les cellules hématopoïétiques après activation des oncogènes Spi1 et HrasV12 et qu’il est perdu au cours de la progression leucémique dans un modèle murin de leucémie aiguë myéloïde."

Anne Largeot (Cancer Research UK Manchester Institute, Manchester): "Nous avons montré que MOZ est impliqué dans le maintien des cellules souches hématopoïétiques chez la souris adulte, et dans le développement de leucémies des lymphocytes T. De plus, notre étude des protéines de fusion de MOZ crées lors de translocations génétiques a démontré quelles régulent directement l’expression d’oncogènes leucémiques dans les leucémies aiguës myéloblastiques."